Bienvenue!

 

Bienvenue à toi petit rat de bibliothèque, grand dragon dévoreur de livres ou encore maître de la lecture!

Bienvenue dans la Petite Bookinerie de Boulimique Littéraire et Mrs. P. Christie. Un lieu qui tournera autour de nos lectures et de nos livres adorés. Nos lectures seront présentées sous forme de fiches, comportant une petite introduction, un résumé et la partie la plus importante : notre avis et la cote attribuée aux livres.

Différents critères sont pris en compte : l’intrigue, les personnages et leurs histoires, le vocabulaire/style d’écriture. Ces facteurs sont évalués sur 10. Et ensuite on a deux autres critères qu’on a jugé importants : « à quel point on n’a pas pu lâcher le livre » et en combien de jours on l’a lu. On connaît tous ces livres qui captivent dès le début, qu’on ne peut pas lâcher et qu’on dévore en une nuit sans s’en rendre compte (oh et ces conversations avec les amis ou des collègues le lendemain : « – Tiens tu as l’air fatigué, tu as fait la fête ? – Qui moi ? Non, non j’ai juste passé la nuit à jouer au Quidditch et détourner le plan d’un mage noir ! » Avouez, on est tous passé par là 😉 ).

Concernant nos fiches de présentation, elles annoncent aussi le genre du livre via une lettre ornée. Voici la liste:

De ce fait vous pourrez savoir si la fiche vous intéressera ou pas. De plus les fiches seront catégorisées dans les différentes rubriques et pourront être trouvées plus facilement via le menu déroulant en haut de la page.

Vous pouvez aussi nous suivre sur Instagram pour savourer nos dernières découvertes et lectures en images ! De ce fait on vous tiendra au courant de nos dernières acquisitions et d’éventuels concours (bande de chanceux ! 😉 ) !

Alors restez connectés et bonne balade dans notre petite Bookinerie ! 😀

Boulimique Litteraire & Mrs. P. Christie
Publicités

1984 – George Orwell

1984
Résumé :

De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. « BIG BROTHER VOUS REGARDE », répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston… Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C’était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n’avaient pas d’importance. Seule comptait la Police de la Pensée.

Avis Personnel :

Bonsoir ;D
Alors je vous retrouve aujourd’hui pour une chronique assez négative et perturbante pour moi. Du coup je vais diviser en deux parties, une fois un résumé bref plus complet et une fois mon avis.
Concernant le résumé bref, on suit en fait le protagoniste principal dans sa vie de tous les jours. Il vit dans une société capitaliste extrême où il y a d’un côté les pauvres prolétaires, d’un autre les riches et entre les deux les fonctionnaires dont fait partie le personnage principal. Ce dernier va se conformer aux règles strictes qu’imposent les dirigeants, mais en suivant on fil de pensées on va se rendre compte que derrière le masque qu’il porte il veut se rebeller. Il va alors découvrir une jeune femme qui pense différemment elle aussi et entretenir une relation avec celle-ci. Le hic ? Cette relation est contre les normes imposée par le système politique en place. Ils vont finir par se faire prendre et individuellement vont se faire torturer psychologiquement pour redevenir « normaux », pour ôter de leur tête toutes pensées contradictoires au système.
En dehors de cette histoire d’amour interdite le livre illustre le fonctionnement d’une société où l’état composé de plusieurs personnes se cache derrière une figure emblématique que tout le monde respecte : le Big Brother. On ne saura jamais si cette personne aura vraiment existé ou non, en tout cas le jeu réside dans le fait qu’elle impose la crainte et que les gens la suivent, la respectent. Encore plus, la vénèrent.
Le jeu politique est aussi important et illustré. Les prolétaires sont tenu idiots, l’accès à l’éducation limité, ils n’ont aucune pensée libre. Les fonctionnaires sont des simples rouages dans la machine, on leur donne des ordres sans explications et ils exécutent. Seuls les riches dirigeants sont au courant de la vérité. Les alliances avec les autres états sont biaisées et changeant au fil des profits économiques de chacun. La mise en place du système de surveillance est importante aussi, la manière dont la propagande est lancée et comment le lavage de cerveaux s’est effectué petit à petit.

Mon avis personnel :

J’ai été extrêmement perturbée par cette lecture. Livre écrit suite à la seconde guerre mondiale on voit clairement que l’inspiration de l’auteur venait du régime d’Hitler. Ce qui m’a perturbé avec cette lecture c’est la possibilité de réalisation. Une telle société aurait pu exister, pourrait exister et pourra éventuellement exister un jour ! C’est ça qui m’a perturbé le plus je pense, le réalisme de cet ouvrage. Malgré que ce soit un classique intéressant à analyser, imaginer un instant que ce qui est décrit est plausible et se rendre compte que cela pourrait se produire … C’est une sensation perturbante et terrifiante à la fois.
Les pourraient aujourd’hui laisser un tel système s’installer et c’est ça qui est terrifiant. En plus les pratiques utilisées par l’état étaient assez doucereuse en fait. Petit à petit les chaines de radios sont réduite à une, tout comme les journaux. La radio ne pouvait ensuite plus s’éteindre sou prétexte que la population doit être instruite, mais cette radio ne diffuse qu’à longueur de journée des informations faussées et qui relèvent presque d’un lavage de cerveau. La surveillance aussi est assez accrue. Et ce qu’il y a c’est que les moyens restent soft. L’armée n’est as utilisée pour contenir la population parce que celle-ci à intériorisé la doctrine de l’état. Elle se laisse faire, prend les choses comme elles sont et ne se questionne pas. On décrit aussi dans la troisième partie du livre les moyens plus direct utilisé contre les membres de la société qui ne se conforment pas aux doctrines et aux règles. La torture psychologique le remporte sur la torture physique et les faiblesses de chacun sont exploitées au maximum pour faire rentrer tout le monde dans les rangs.
C’est ça qui m’a aussi choquée dans ce livre : le manque de liberté de penser. Les gens ne pensent pas. L’état leur a appris à ne pas penser. On a tous au fond notre personnalité, nos envies, nos préférences qui nous distinguent les uns des autres. Ces gens décrit dans le livre avaient des préférences certes, mais ils n’avaient aucun rêves, aucune ambitions aucune volonté d’accomplir des choses. Ils ne faisaient que suivre bêtement.
Du coup c’était une lecture assez perturbante en sois parce que j’identifiais trop cette société fictive, certes, mais potentielle à une société réelle. C’est un livre extrêmement intéressant à analyser et qui prête à beaucoup de discussions possibles. Mais au même titre que « la vague » ou encore « le nuage », ce livre est trop proche de la réalité pour moi. Ils représentent (tous les trois) une possibilité de devenirs réels trop grande. Cependant, malgré que je sois une petite nature, je suis contente de l’avoir lu car ce livre permet de réfléchir sur le genre de choses telles que la politique, les systèmes judiciaire ou d’autres institutions qui construisent notre société au jour le jour.
Un petit mot concernant les aspects lus pratiques : le style d’écriture est simple. Un peu de vocabulaire politique ou des mots inventés par cette société mais tout reste clair et à la portée, peut-être pas de tout le monde, mais quand même d’une grande majorité de la population à partir de 16 ans.
L’intrigue en sois est assez transparente et pourtant j’ai été captivée, à vouloir savoir ce qui allait arriver ensuite au protagoniste et son amante, comment ils allaient mettre en place leur secret en essayant de ne pas se faire vendre.
L’évolution des personnages d’un point de vue psychologique est extraordinaire par contre. Le personnage principal sait qu’il n’entre pas entièrement dans la société et pourtant il s’y conforme il reste sur sa position. Jusqu’à son premier acte de rébellion. Et lorsqu’il découvre qu’il n’est pas le seul, il s’accroche à cette différence, n’essaye plus de l’enterrer mais la vie, et pousse plus loin les mêmes pensées qu’il s’interdisait encore avant. Jusqu’à ce qu’il se fasse prendre et qu’on lui fasse un lavage de cerveau. Ce même lavage de cerveau qui va non pas effacer toutes les idées qu’ils avaient, mais lui inculper une sorte de dégout pour ces idées. Il décide volontairement de se conformer à la société au final. C’est vraiment intéressant de voir ces montagnes russes et de suivre l’évolution de ces éléments.
Intéressant, mais perturbant, seraient donc deux bon adjectifs pour conclure mon avis.

Notes :
Intrigue : 6/10
Vocabulaire / Style d’écriture : 7/10
Développement des personnages : 9/10
Notes :
Nombre de pages : 438
Lu en : un mois
Note globale : 7/10

Mrs. P. Christie

Et après … – Guillaume Musso

Et après …
Résumé :

À huit ans, Nathan s’est noyé en plongeant dans un lac pour sauver une fillette. Arrêt cardiaque, tunnel de lumière, mort clinique. Et puis, contre toute attente, de nouveau la vie.
Vingt ans plus tard, Nathan est devenu un brillant avocat new-yorkais.
Meurtri par son divorce, il s’est barricadé dans son travail. C’est alors qu’un mystérieux médecin fait irruption dans son existence.
Il est temps pour lui de découvrir pourquoi il est revenu.

Avis Personnel :

Bonjour, bonjour ! 😀
Aujourd’hui je vous retrouve dans la bonne humeur et avec pleins de motivation pour cette chronique qui sera plus légère. J’ai lu ce livre de Guillaume Musso il y a quelques années déjà et pourtant j’en garde un fort souvenir. C’est fou comme certains livres peuvent vous marquer !

Le style de l’auteur est assez particulier. L’histoire se déroule dans un monde réel, le monde actuel, et semble commencer de manière tout à fait normale jusqu’à ce que … Un fait, un petit détail extraordinaire vienne chambouler le quotidien du personnage principal. Quel petit fait extraordinaire ? Et bien dans ce roman c’est le fait de pouvoir prévoir la mort des gens, mais j’y reviendrais plu tard. Du coup l’histoire prend une tournure légèrement extravagante sans pour autant être du fantastique pur. L’auteur aborde des thèmes courant de la vie : amour, mort, amitié, sentiments etc… Le héros ne vas jamais vivre de grandes escapades tels que Bilbo le hobit ou encore une aventure folles de rebondissement. Ce sera vraiment son quotidien qu’on revivra et les changements subits dans celui-ci après la découverte de cet élément extraordinaire.

J’ai trouvé que les personnages avaient tous leur caractère, tous ont une histoire propre ce qui les rend plus réels pour le lecteur. Une histoire de fond expliquée et détaillée s’y trouve aussi. De la sorte on comprend les différents personnages et l’introduction de chacun d’entre eux correspond à leurs histoires.
L’histoire qui est écrite d’une très belle plume. On y retrouve différents flash-back qui nous interpellent, avant de revenir au présent où la situation est tout autre et tout le suspense réside dans le fait de découvrir comment telle ou telle personne, passe du point A au point B. L’intrigue est assez bien trouvée. Inattendue pour certains, découverte plus tôt par d’autres, je ne peux pas vous garantir un suspense sans faille jusqu’au dernier moment, mais je trouve qu’il y a de l’idée et que l’auteur à réfléchis avant d’écrire son livre. On ne dirait pas que c’est une histoire bâclée vite fait ou écrite d’une traite. Pour pouvoir faire des allez retours entre flash-backs et rebondissement il faut savoir où on va, avoir un plan de route. Et le rendu est pas mal ! Même s’il est possible de trouver le dénouement avant d’avoir lu la fin, cette dernière reste une surprise quand même. Rien que de la manière dont cette fin se déroule, la manière dont l’auteur utilise sa plume ou décrit les choses.

Pour parler plus en détail de ce livre, comme le dit le résumé nous suivons donc un avocat renommé ayant sauvé quand il était petit une fillette de la noyade. On découvre quelques passages du passé de cet avocat qui nous permettent de voir à quel point il a changé au fil des années. Et on se demande ce qui l’a amené à changer de la sorte. Et puis un jour un étranger arrive dans sa vie et chamboule tout. Un médecin renommé. Plus que d’être des hommes ayant bien réussis leurs vies, Nathan découvre alors qu’ils partagent un autre point commun : avoir sauvé la vie de quelqu’un et y être presque resté eux-mêmes. Assez réticent au début et fermé aux paroles du médecin, Nathan va vite comprendre que ce dernier à un message à faire passer, et un enseignement à donner.

En effet les deux hommes peuvent pressentir la mort de quelqu’un. Ils savent à l’avance qui va mourir ou non (il y a ici une rupture avec le début assez normal de l’histoire – le petit élément fantastique venant changer l’histoire – de ce fait il estclassé comme fantastique). Leur dont doit leur servir pour accompagner les gens de l’autre côté, histoire qu’ils quittent ce monde en paix. Nathan pense alors que c’est à son tour de quitter ce monde, pour de bon cette fois… Mais est-ce vraiment le cas ?

Notes :
Intrigue : 7/10
Vocabulaire / Style d’écriture : 8/10
Développement des personnages : 7/10
Notes :
Nombre de pages : 357
Lu en : pour les trois livres : une après-midi (je n’arrivais pas à le lacher)
Note globale : 7,5/10

Mrs. P. Christie

Contes des Royaumes – Sarah Pinborough

Contes des royaumes (Poison ~ Charme ~ Beauté)
Résumé :

Poison : Blanche-Neige revisité, dans une magnifique édition illustrée : prenez tous les éléments du conte de fées classique que tout le monde connaît (le beau prince, la reine jalouse, la belle princesse, et bien sûr l’empoisonnement) et ajoutez un côté moderne à tous les personnages, à leurs motivations et leurs désirs. Drôle, contemporain et sexy.

Charme : Cendrillon, le conte de fées revisité: Cruel, savoureux, et tout en séduction. Rappelez-vous les horribles belles-sœurs, le carrosse magique, le bal enchanté, les pantoufles de verre et l’éternel amour né au premier regard… Et à présent, ouvrez ce livre et plongez dans la véritable histoire de Cendrillon, telle qu’elle n’a jamais été révélée…

Beauté : La belle au bois dormant, le conte revisité: Cruel, savoureux, et tout en séduction. Rappelez-vous la forteresse cernée de ronces, le courageux prince, le fuseau ensorcelé et la douce princesse endormie qui n’attend que d’être réveillée… …et à présent, ouvrez ce livre et plongez dans la véritable histoire de la Belle au Bois dormant, telle qu’elle n’a jamais été révélée…

Avis Personnel :

Bonjour bonsoir chers lecteurs ! 😀
Aujourd’hui, chronique concernant cette trilogie assez spéciale. Moi qui adore les contes revisités j’ai sauté de joie en découvrant le premier livre et surtout sa couverture ! Sa ? Je devrais dire « leurs couverture ». Je trouve tous les trois livres sont juste sublime ! Sobre mais spécial, mettant bien en valeur l’objet central de la couverture en lien avec le conte concerné. Sublime !

Concernant les contes, j’ai été surprise ! Je ne m’attendais pas une version si adulte que ça. En effet elles sont loin les princesses chastes, innocentes et naïves de Disney. Remplacé par des femmes de caractère, ayant des envies (charnelles ou autre), des rêves et prêtes à se battre pour. Un prince charmant pas si charmant que ça au final, un chasseur plus gentleman qu’on pourrait le croire et une méchante reine, pas si méchante que ça !

Ce que j’ai beaucoup aimé dans ces versions c’est la réalité des personnes. Dans les Disney les princes sont charmant te courageux, les princesses douces et gentilles, les méchant plains de rancune et de colère. Ici c’est différent. On retrouve une méchante reine forcé de satisfaire son mari dans le lit conjugale alors qu’il la dégoute, et pourtant c’est le seul moyen qu’elle a trouvé d’exister à ses yeux. On retrouve une princesse buvant et tenant mieux l’alcool que certains hommes, qui embrasse la liberté, portant des pantalons pour faciliter l’équitation, mais est prête à y renoncer pour être une bonne épouse et être une bonne diplomate. Une bonne épouse pour un prince profitant de sa beauté, attendant une femme belle et docile, portant des robes en dentelles. Ce même prince adulé par la fille rêveuse vivant dans une maison en déclin, assistant à la ruine de son père. Une fille rêvant de bals somptueux, d’ambiances riches, de robes majestueuse et d’un prince magnifique. Une fille rêveuse qui se rendra compte que tout n’est que façade. Sera-t-il trop tard pour rebrousser chemin ?
Non sincèrement c’est ça que j’ai aimé dans ces livres, les personnages ne sont en lien en rien avec les stéréotypes qu’on leur accorde. Ci-dessus ne sont cités que certains au final mais il y en a tellement plus. Un autre point fort c’est l’entrecroisement des contes. Le prince charmant est le même personnage dans les trois livres ce qui permet de faire ne sorte que ces contes se passent en même temps dans le même univers et s’entrecroisent. Certains pourraient trouver ca lourd ou auraient peur qu’il y a ait trop de liens ou d’entrecroisements mais pas du tout. C’est dosé et reste clair !

Concernant les parties plus adultes, il y a une approche assez particulière quant aux rapports sexuels. Les scènes ne sont pas fréquentes, mais elles sont toutes différentes. Un viol, un rapport consentant, une femme soumise, une femme dominante, des rapports entre deux femmes. Les approches sont variées. Variées, oui mais légères. Pas lourdes dans le style « 50 nuances de Grey », légère. L’action ne tourne pas non plus autour de la thématique de la sexualité. Je pense que Sarah Pinborought à surtout voulu décrire une variété maximale de situations : la princesse rebelle, le prince déchanté, le chasseur rêveur, la naïve petite fille qui apprend de ses erreur et se rend compte que le monde n’est pas tel qu’elle l’imaginait, la reine forcée de satisfaire son mari mais étant éprise d’une autre femme, le prince fous d’amour sous l’emprise d’un charme devenant très entreprenant avec une certaine demoiselle. Ces situations et ces scènes plus osées se placent dans un contexte entier et elles y ont leur place. J’ai dit plus haut que la réalité des personnages m’avait touché. Les rapports entre deux personnes en font partie de cette réalité et l’auteur a su les doser à merveille !

Du coup un bilan assez positif ! Je suis loin d’être déçu de ses versions revisitées. Assez différentes et pourtant semblables à ce qu’on connait, j’ai adoré me plongé dans cet univers revisité. Cependant comparé à d’autre lecture je dois avouer que ce ne sont pas des coups de cœur. Ce sont d’excellent livres, mais d’autres ont su me transporter plus ou mieux. Maintenant cela dépend de tout un chacun et des préférences individuelles.

Notes :
Intrigue : 7/10
Vocabulaire / Style d’écriture : 7/10
Développement des personnages : 8/10
Notes :
Nombre de pages : 222 – 255 – 217
Lu en : pour les trois livres : un moins
Note globale : 7,5/10

Mrs. P. Christie

Boutique Etsy – ouverture

Parmesan CheeseBonjour, bonjour 😀

Aujourd’hui je viens vous présenter un petit projet qui me tenait à cœur: l’ouverture de ma boutique Etsy!

Pour la petite histoire: je me suis retrouvée avec une chemise ne m’allant plus, sur les bras et ne voulant pas la jeter j’ai eu recours à la machine à coudre. De cette chemise j’ai fait trois pochettes pour livres. J’avais vraiment aimé coudre ces pochettes alors je me suis renseigné et mes recherche son abouties: il était possible d’ouvrir sa boutique Etsy!!!

Du coup me voilà: un mois plus tard à vous exposer mon idée sur Instagram, ce qui a d’ailleurs déjà suscité deux trois intéressés parmi vous (et ce qui m’a fait super plaisir au passage!).

Après quelques jours de coutures me voilà donc, avec un petit stock de pochettes toutes neuves et toutes belles! ;D Pour ce qui concerne les prix j’ai du calculé une TVA de 21% sur mes prix de base. En effet venant de la Belgique la législation veut que je paye une taxe de vente de 21% de mes prix de vente. J’avoue que du coup mes pris paraissent plus cher, mais pour exemple: je voulais vendre les petites pochettes 5€. AVec toues les frais que me retire Etsy il me restait 4.15. SI je prenais la TVA sur ces 4.15€ il ne me resterait que 3.27. Malheureusement ce prix ne représente pas vraiment un bénéfice pour moi si on prend en compte l’achat de tissus, de fil, de viseline et de doublure.

Je m’excuse donc si me sprix sont un peu plus cher mais je ne peux pas me permetre de faire autrement. :/ En fonction de comment j’avance certains prix seront éventuellement revus à la baisse! 🙂

Du coup je vous invite quand même, pour ceux qui seraient intéressés de suivre le lien vers ma boutique: ici! 😀

(au cas ou le petit boutton ‘ici’ ne marche pas: https://www.etsy.com/fr/shop/MrsPChristie?ref=seller-platform-mcnav )

Le nom de ma boutique: MrsPChristie (malheureusement ni les espaces ni les majuscules étaient permises donc je n’ai pas pu faire Mrs P. Christie’s mais ça me plait quand même!)

Mon pseudo Etsy: Mrs. P. Christie

Voili, voilou! 😀

merci beaucoup d’avoir pris le temps de lire ce message! 😀 Et au plaisir de vous revoir bientôt avec des chronique ou sur ma boutique! 😀

Mrs. P. Christie

J. K. Rowling – L’Enfant maudit

Harry Potter et l’enfant maudit
Résumé :
Une histoire qui commence 19 ans après la bataille… Exactement là où s’est terminée l’histoire précédente. On suit l’histoire du plus jeune des fils d’Harry Potter, et de son meilleur ami, le fils de Draco Malfoy. On pourrait croire qu’ils vivront des années scolaires plus calmes, mais entre la réputation de leurs familles, les attentes vis-à-vis d’eux, les préjugés ce ne sera pas aisé. Rajouté à ça un Amos Diggory qui vient reprocher la mort de son fils à Harry et lui demande de le ramener via un mystérieux retourneur de temps découvert/. Albus furieux tentera alors de faire ce que son père refuse… Et devra en porter les conséquences.

Avis Personnel :

J’ai longtemps hésité à poster cette fiche mais au final la voici parce que cela reste un livre, un livre que j’ai lu et que j’ai malheureusement détesté.
Commençons par le livre en sois : un jolis livre (que ce soit en format de poche ou hardcover), quoi que un peu décevant de découvrir que ce n’est que le discours des acteurs. Une pièce de théâtre mais sur papier. Divisé en actes, en scènes, une description des décors et d’émotions viennent se rajouter aux dialogues mais final… Je dois avouer que ça déçois. Mois personnellement j’espérais pouvoir au moins me replonger dans un récit écrit entièrement. Vendre une édition avec que les dialogues, mais aussi éventuellement en faire une en format livre avec un texte continu, les pensées des protagonistes. Mais non… Qu’un simple dialogue. Où est la plume de l’auteur que nous avons tant supporté ? Où sont les clins d’œil, les jolies phrases qui nous faisaient rêver ? Envolées…

Concernant l’histoire et l’intrigue. 19 ans plus tard on retrouve nos protagonistes alors qu’ils disent au revoir à leurs enfants et on suit les enfants dans le train. Tant de choses auraient pu être racontées, tant de choses auraient pu se passer. Tant de possibilités… Alors qu’elle ne fut pas ma déception en découvrant la trame. Je suis désolé je vais devoir spoiler, mais vu que la sortie date un peu je me dis que ça doit être pas mal connu quand même depuis le temps. Maintenant si jamais, vous pouvez passer à la partie personnages si jamais vous ne savez pas encore.

Un enfant de Voldemort ? Dès le début les soupçons se posent sur Scorpius, fils de Draco. Tient donc. Qu’elle originalité ? Et la femme de Malfoy aurait conçu cet enfant à l’âge de 17 ans (en présumant qu’elle ait le même âge que Draco). Et ensuite on découvre que c’est une fille, plus âgées pour le coup : 22 ans. Tient donc, même âge que la bataille de Poudlard. On découvrira finalement qu’elle est née peu de temps avant, de l’union de Bellatrix Lestrange et Le seigneur des ténèbres en question. Là je dis non à moitié. Bellatrix est mariée, il aurait donc déjà fallut qu’elle et son mari soient prêt à aller si loin, et ensuite Tom Jedusor… Il ne me semble pas être l’homme cherchant à avoir des rapports avec la gente féminine, même pour concevoir. Et est-ce que après sa résurrection, et tous ses états post/pré mortem il est seulement capable de concevoir un enfant ? Ca me parait louche mais ça passerait encore… mais un enfant ? La NON !
Pour moi Tom (oui j’aime bien l’appeler Tom, désolé !^^) est quelqu’un qui cherche à avoir le pouvoir, à contrôler. Le pouvoir et la peur qu’inspire son nom c’est lui qui veut le posséder. Lui seul est présent dans ses délires, dans ses envies. C’est lui l’héritier de serpentad, c’est lui le plus grand mage de tous les temps, c’est lui qui fait trembler des générations entières de sorciers. Lui. ET pas un héritier. Un héritier aurait justement consisté une menace. Et si ses fidèles se retournaient contre lui justement à cause de cet héritier, si jamais lui aurait du succès là ou Tom lui-même échoue ? Je ne pense pas qu’un enfant aurait plu à Tom, ni qu’il en aurait voulu un. Autant c’est pratique comme une idée pour faire un lien entre la nouvelle et l’ancienne génération, autant c’est absurde de mon point de vue basé sur mon interprétation du personnage (je ne fais qu’exposer mon avis personnel, personne n’est obligé d’y adhérer ou de s’y plier).

Ensuite j’ai eu l’impression qu’au niveau des intrigues les auteurs ont puisé dans les idées les plus rependues parmi les fanfictions. Le retourneur de temps permettant de mettre en place plusieurs possibilités : Hermione et Ron séparé, le retour de Rogue, un monde gouverné par le seigneur noir lui-même, une histoire entre Bellatrix et le seigneur des ténèbres. Mais aussi Albus à serpentard ami avec Scorpius. Cette idée est la trame principale de bon nombre de fanfictions et c’était limite décevant de découvrir ces idées mis en actions dans cette pièce. Je me suis demandé où était la nouveauté. Qu’est-ce qu’il y avait d’innovant, de nouveau de captivant aussi.

Dans l’ensemble tout ça m’a fait u peu penser à une manière de refaire de l’argent et de ne pas se faire oublier. Je ne suis pas dans la tête de J. K. Rowling, je ne saurais le dire avec certitude, mais là pour le coup j’ai été déçue de découvrir cet ouvrage de la sorte.

Au niveau des personnages. Là par contre point positif. C’est agréable de voir que les anciens protagonistes ont aussi bien leur places que les nouveaux ce qui permet une transition agréable entre les générations. On en apprend plus de ce que sont devenu Harry, Ron, Hermione, Ginny ainsi que Draco. Certains autres personnages font aussi leurs apparitions. Et même si c’était un plaisir de retrouver un Harry plus dans le rôle d’un père qui échoue et essaye d’apprendre de ses erreur et moins dans celui du héros ayant survécu à Voldemort, je trouvais que ça avait un goût de trop peux. Que sont devenus Luna, Neville, Hagrid, les autres Weasley, tous les gens de l’AD ? Où sont tous ceux qui ont aidé Harry auparavant ? Néant total. Ci et là une petite indication comme quoi Neville est professeur, mais sinon très peu. Du coup mitigé à ce niveau-là.

Le caractère des nouveaux personnages et aussi un peu manquant. On suit fortement Albus et Scorpius, les autres sont mis de côté. Rose, James, Lilly… Sans parler de Victoire, Teddy et d’autre dont on n’évoque même pas la présence mais qui auraient pu être là. Enfin.

Du coup un avis assez négatif je dois le dire, une intrigue qui ne me tente pas, des personnages attrayant mais sans assez de consistance comparé à mes attentes. J’en attendais peut-être un peu trop après une saga de sept livres m’ayant enchanté. Trop hâte de retrouver ces gens que j’avais suivis, cette plume que j’avais adoré. Mais bon, cela ne reste que mon avis et je me rends bien compte qu’il est bien négatif. Ça aurait pu être bien pire.

Notes :
Intrigue : 3/10
Vocabulaire / Style d’écriture : 2/10
Développement des personnages : 3/10
Notes :
Nombre de pages : 330
Lu en : quelques heures
Note globale : 2.9/10

Mrs. P. Christie

James Matthiew Barrie – Peter Pan

Peter Pan
Résumé :
Ce vendredi soir, la voie est libre pour Peter Pan, le petit garçon qui refuse de grandir : M. et Mme Darling sont absents et la chienne Nana, qui tient lieu de nurse à leurs enfants Wendy, John et Michael, a été enchaînée dans le jardin.

Venu récupérer son ombre abandonnée lors d’une précédente visite, Peter se trouve face à Wendy. Avide des histoires qu’elle pourra lui raconter et du rôle de mère, fantasmé, qu’elle pourrait accomplir, il la persuade de le suivre jusqu’au Pays imaginaire.

Wendy devra se défendre de la jalousie de la fée Clochette et veiller sur la petite famille des Garçons perdus, jadis tombés de leur landau, dont elle devient la mère. Emmenés par Peter Pan, Wendy et ses frères vivront d’extraordinaires aventures auxquelles seront mêlés les Peaux-Rouges et Lily La Tigresse, mais surtout les Pirates et leur chef, le fameux Capitaine Crochet, qui n’a jamais pardonné à Peter de lui avoir coupé la main avant de la jeter en pâture avec son réveil au crocodile qui le poursuit depuis sans trêve…

Avis Personnel :

Pour quelqu’un comme moi qui adore les versions originales des contes que Disney nous dessine si bien, je n’ai pas été déçue.

« Les veilleuses sont les yeux que les mamans laissent derrière elles pour protéger leurs enfants. » – J. M. Barrie

Je précise que mon livre n’est qu’une traduction et que du coup le texte original doit être un peu différent mais je suis tombé amoureuse quand même de la narration de James Matthew Barrie. D’abord adapté en pièce de théâtre pour ensuite être adapté en roman cet auteur avait une manière de raconter vraiment excellente !

« Les fées doivent être une chose ou l’autre : elles sont si petites qu’elles ne peuvent malheureusement héberger qu’un sentiment à la fois. » – J. M. Barrie

L’auteur à réussis à expliquer e pays imaginaire à ses lecteurs de sorte à ce que tout le monde s’y reconnaisse mais aussi de sorte à ce que tout le monde comprenne qu’on a quelque part en nous un enfant qui sommeille. L’auteur nous emmène dans le monde imaginaire littéralement, expliquant les règles qui y régissent et qui sont différente des nôtres. Pour certains lecteurs trop sérieux certaines expressions peuvent sonner comme des sermons, un reproche d’être trop sérieux, de ne pas savoir que les enfants peuvent voler s’ils y croient assez fort ou encore que les ombres se détachent ! Mais pour les lecteurs les plus enclins à se laisser emporter cela sonne simplement comme une évidence énoncée, une simple information qu’on donne, un détail pour préciser déjà un tableau riche en couleurs.

Prenant en compte l’époque dans laquelle cette œuvre a été écrite, 1902 pour la première apparition écrite et 1904 pour la première de la pièce de théâtre, je la trouve fantastique. Il faut s’imaginer un Londres aristocratique, fort basé sur les apparences et les étiquettes, la bonne société, les ‘bonnes’ manières et toutes ces règles à appliquer. Ces mêmes règles et ces mêmes vies que l’auteur décrit de monotones sont dénoncées dans l’ouvrage. L’auteur fait passer un message fort pour son époque : peu importe votre rang, peu importe combien vous vous appliquer à faire partie de l’aristocratie, vous n’êtes personnes, que des gens ennuyant et sans importance, si vous ne conservez pas cette petite lueur d’enfance, d’innocence et de légèreté de votre enfance.

Je renvois ici aussi vivement au film : Neverland

C’est une biographie de l’auteur (Johnny Depp). Comment il est amené à écrire la pièce de Peter Pan grâce à l’inspiration offerte par une amie proche (Kate Winslet) et ses quatre garçons : Michael, John, Jack et Peter Davies. On y voit même une petite apparition de Sir Arthur Connan Doyle interprété par Ian Hart. N’ayant pas lu la biographie de l’auteur je ne sais pas dire si tout est juste ou non, mais l’idée est en tout cas fidèle de ce qu’a vécu James Barrie.

« Lorsque le premier bébé rit pour la première fois, son rire se brisa en un million de morceaux, et ils sautèrent un peu partout. Ce fut l’origine des fées. » – J. M. Barrie

Sinon concernant les personnages et la trame. Je trouve que Peter, aussi étonnant que ça paraisse, est un personnage touchant mais aussi répulsif. Répulsif dans le sens où on le considérerait comme mauvaise fréquentation. Il est froid, détaché en fait. Il tue sans hésiter les garçons perdus qui grandissent trop vite ou il oublie à la fin du roman qui était le capitaine crochet ou encore crochet après quelques années. En fait c’est son côté égocentrique qui m’ennuie. Il oublie tout ce qui ne le concerne pas. Même Wendy doit à un moment lui rappeler qui elle est sinon il ne saurait même plus pourquoi elle le suit. De ce côté Disney a imaginé un garçon imbu de lui-même et insouciant mais quand même gentil. Cette gentillesse manque un peu dans le livre. Je crois qu’en terme actuel on considérerait Peter comme un psychopathe en fait, dans l’impossibilité d’éprouver une empathie par moment ce manque le conduit à faire des choses assez rudes.

Cependant je fus étonné des descriptions si agréables des autres personnages. J’ai adoré Wendy et le capitaine crochet. Et j’ai aussi beaucoup aimé le rôle que Barrie donne aux femmes. On les valorise dans cette œuvre. Lilly la tigresse est une femme forte, chef de sa tribu. Combattante elle n’épouse pas le premier homme venu, mais les combats pour bien montrer qu’elle n’a pas besoin d’homme. Wendy est le côté plus doux et maternel mais Barrie met bien en avant tout ce que ‘maman’ Wendy fait et ‘avais l’impression qu’il rendait hommage aux mères, qu’il les valorisait et chantait leur louange quand à tout le travail domestique qu’elles font. Ce que j’aime aussi avec Wendy c’est qu’à la fin on voit son évolution d’une enfant à une adulte et on voit qu’elle a muri et qu’elle a changé mais en bien. J’ai vraiment apprécié cette Wendy plus âgée. Et puis il y Clochette qui est impulsive et forte quand même mais fidèle. Pour l’époque je trouve que c’est révolutionnaire. Là où la femme n’est pas valorisée, n’a pas son mot à dire en politique et est mise de côté Barrie arrive à leurs donner une place de choix dans sa pièce.
Concernant le capitaine Crochet j’ai adoré le style et la personnalité qu’à construit Barrie. Un homme distingué, misant sur les apparences et la politesse, même lorsqu’il s’agit de kidnapper les enfants. On peut y voir la personnification de cette société guindée et coincé dans l’étiquette, la tradition et les manières. Kidnapper une jeune fille est correcte, et elle vous suivra volontairement, si vous utiliser les bonnes formules de politesse et que vous avez le mot charmant sans être de trop, à la bouche.

Concernant la trame elle est agréable. C’est une histoire continue mais l’intrigue ne commence pas directement. C’est plus un livre décrivant la journée de ces enfants aux pays imaginaire et l’une de leur expédition. Qu’un livre reprenant une seule histoire qui débute tôt et se termine avec un dénouement. Différent mais agréable. Et les différents actes sont agencés agréablement de sorte à montrer un peu chaque aspect de l’île. Les sirènes, les peaux rouges, les pirates, tous y font une apparition et les différentes interactions et scènes sont comme des fragments de souvenirs. Pas un fils continu mais des flashes, des scènes unes à unes. Vraiment j’ai bien aimé. Mais je suis bien consciente que ce type de narration s’appliquait bien ici mais pas dans d’autres livres.

« Chaque fois qu’un enfant dit: «Je ne crois pas aux fées», il y a quelque part une petite fée qui meurt. » – J. M. Barrie

Du coup j’étais vraiment contente d’avoir lu l’œuvre originelle et d’avoir pu découvrir cet univers. J’ai hâte de pouvoir le lire en langue originale mais ça attendra un peu.

Notes :
Intrigue : 6/10
Vocabulaire / Style d’écriture : 9/10
Développement des personnages : 7/10
Notes :
Nombre de pages : 176
Lu en : deux jours
Note globale : 8/10

Mrs. P. Christie