Bienvenue!

 

Bienvenue à toi petit rat de bibliothèque, grand dragon dévoreur de livres ou encore maître de la lecture!

Bienvenue dans la Petite Bookinerie de Boulimique Littéraire et Mrs. P. Christie. Un lieu qui tournera autour de nos lectures et de nos livres adorés. Nos lectures seront présentées sous forme de fiches, comportant une petite introduction, un résumé et la partie la plus importante : notre avis et la cote attribuée aux livres.

Différents critères sont pris en compte : l’intrigue, les personnages et leurs histoires, le vocabulaire/style d’écriture. Ces facteurs sont évalués sur 10. Et ensuite on a deux autres critères qu’on a jugé importants : « à quel point on n’a pas pu lâcher le livre » et en combien de jours on l’a lu. On connaît tous ces livres qui captivent dès le début, qu’on ne peut pas lâcher et qu’on dévore en une nuit sans s’en rendre compte (oh et ces conversations avec les amis ou des collègues le lendemain : « – Tiens tu as l’air fatigué, tu as fait la fête ? – Qui moi ? Non, non j’ai juste passé la nuit à jouer au Quidditch et détourner le plan d’un mage noir ! » Avouez, on est tous passé par là 😉 ).

Concernant nos fiches de présentation, elles annoncent aussi le genre du livre via une lettre ornée. Voici la liste:

De ce fait vous pourrez savoir si la fiche vous intéressera ou pas. De plus les fiches seront catégorisées dans les différentes rubriques et pourront être trouvées plus facilement via le menu déroulant en haut de la page.

Vous pouvez aussi nous suivre sur Instagram pour savourer nos dernières découvertes et lectures en images ! De ce fait on vous tiendra au courant de nos dernières acquisitions et d’éventuels concours (bande de chanceux ! 😉 ) !

Alors restez connectés et bonne balade dans notre petite Bookinerie ! 😀

Boulimique Litteraire & Mrs. P. Christie

Markus Zusak – La voleuse de livres

La voleuse de livres
Résumé :
Allemagne, pendant la Seconde Guerre mondiale. Le parti nazi d’Hitler est tout-puissant et ses adeptes chaque jour plus nombreux. La Mort, collectionneuse réticente d’âmes, nous raconte une histoire, rare plaisir d’une existence vouée à emporter nos âmes à l’heure de notre mort.
Leur heure venue, bien peu sont ceux qui peuvent échapper à la Mort. Et, parmi eux, plus rares encore, ceux qui réussissent à éveiller sa curiosité. Liesel Meminger y est parvenu. Trois fois cette fillette a croisé la Mort et trois fois la Mort s’est arrêtée. Est-ce son destin d’orpheline dans l’Allemagne nazie qui lui a valu cet intérêt inhabituel ? Ou bien sa force extraordinaire face aux événements ? Au moins que ce ne soit son secret…
Celui qui l’a aidée à survivre. Celui qui a même inspiré à la Mort ce si joli surnom : la Voleuse de livres.
Avis Personnel :

Je déteste les livres sur la deuxième guerre mondiale. Ce n’est pas top pour introduire ce livre ci, mais lisez jusqu’au bout et vous comprendrez. A l’école il y avait les lectures imposées, parfois d’agréables surprises, parfois de vraies tortures. Etant une lectrice sensible (et fort empathique vis-à-vis des personnages de mes lectures), j’ai eu horreur du livre « Le garçon au pyjama rayé », ou encore « un voyage en Aout » (livre lu en allemand par l’auteur Gudrun Pausewang, je ne certifie pas que ma traduction du titre soit correcte). En plus des films relatant ces histoires, ou d’autres en lien avec la seconde guerre mondiale, je me suis détournée de cette littérature. Je ne dis pas que je prends cette période à la légère, mais j’en avais fait une petite saturation. Jusqu’à il y a quelques mois.

En furetant sur youtube j’ai trouvé la bande annonce du film qui semble être une magnifique adaptation. Et puis j’ai trouvé la référence du livre, et j’ai acheté. Je n’ai pas su le lire de suite mais une fois lancée je ne pouvais plus m’arrêter. L’histoire était assez captivante. Les personnages accrocheurs. Et l’ambiance pas si macabre. En effet même si la mort est narratrice je n’ai pas trouvé ce livre macabre. J’étais plus tôt intrigué. Qu’allait-il se passer ensuite ? Quels sont les secrets enfuis ?J’ai aussi beaucoup aimé le style d’écriture et la narration. La mort, en être immortels et âgée, nous dit directement comment le livre va se finir. Le lecteur sait directement quel chemin prendront les dernières pages et ce qu’il attend. Est-ce que ça enlève du charme au livre ? Loin de là ! Je vous met deux petits extraits en fin d’avis pour vous donner une idée! 😉 (lecture non obligatoire!)

Pour ce qui est de la trame on suit les grandes lignes de la secondes guerre mondiale, mais on suit surtout ces amitiés magiques que va connaître Liesel avec d’autres protagoniste. Comment elle va nouer des liens petit à petit. Un livre assez poétique ou au final chaque personnage à son histoire de fond. La mort à une certaine manière de narrer, loin d’être dans le détail, cependant plus qu’agréable ! On sait juste assez pour s’imaginer la suite. Ou alors les faits historiques connus remplissent ces petites lacunes dans le livre.

Une autre petite particularité que j’aime bien : au fil du livre la mort nous propose certaines définitions manquantes au dictionnaire. De manière poétique les mots tels que : « ne pas partir », ou encore ce fameux mot : « Saumensch » qui revient régulièrement et qui fait partie du jargon allemand. De manière poétique et humoristique ces mots se font définir par la mort. De ce fait je me suis retrouvée émue à plusieurs reprises.

Une recommandation touchante, émotionnelle et très captivante !
Petite précision : ma note concernant l’intrigue n’est peut-être pas très haute, mais cal veut simplement dire que l’histoire n’a pas de gros retournement de situation, de moments crucial ou autre. C’est un petit fleuve tranquille qui fait son chemin. Cela n’enlève rien à la beauté de ce roman !

EXTRAIT/SPOILER

UN PETIT RENSEIGNEMENT
À PROPOS DE RUDY STEINER
Il ne méritait pas de mourir de la façon dont il est mort.En imagination, vous voyez les feuilles de papier détrempées encore collées à ses doigts. Vous voyez une frange blonde qui frissonne. Et vous concluez, comme je le ferais à votre place, que Rudy Steiner est mort ce jour-là, d’hypothermie. Eh. Bien, ce n’est pas le cas. Ce genre de souvenirs est simplement là pour me rappeler qu’il ne méritait pas le sort qu’il a connu un peu moins de deux ans plus tard.

Sous bien des aspects, c’était du vol d’emporter un garçon comme Rudy, plein de vie et avec l’avenir devant lui, et, malgré tout, je me dis qu’il aurait apprécié le spectacle des décombres terrifiants et du ciel débordant, la nuit où il perdit la vie. Il aurait pleuré, se serait retourné et aurait souri si seulement il avait pu contempler la voleuse de livres à quatre pattes auprès de son corps. Il aurait été heureux de la voir baiser ses lèvres couvertes de poussière par la bombe.
Oui, je le sais.

Au fond de mon cœur enténébré, je le sais. Il aurait aimé.
Vous voyez?
MÊME LA MORT A UN COEUR.

« Evidemment, c’est très impoli de ma part. Je suis en train de gâcher non seulement le dénouement du livre, mais la fin de ce passage particulier. Je vous ai annoncé deux événements, parce que mon but n’est pas de créer un suspense. Le mystère m’ennuie. Il m’assomme. Je sais ce qui se passe, du coup vous aussi. Non, ce qui m’agace, me trouble, m’intéresse et me stupéfie, ce sont les intrigues qui nous y conduisent. » La Mort

Notes :
Intrigue : 7/10
Vocabulaire / Style d’écriture : 10/10
Développement des personnages : 9/10
Notes :
Nombre de pages : 632
Lu en : deux semaines
Note globale : 9/10

Mrs. P. Christie

Celui qui chuchotait dans les ténèbres : H.P Lovecraft

Celui qui chuchotait […] – Lovecraft
Résumé :

Des voix inquiétantes qui hantent les collines, de mystérieuses empreintes de pas, une grosse pierre noire gravée de hiéroglyphes à demi-effacés. Un professeur de littérature, passionné par les légendes et le folklore de la Nouvelle-Angleterre, découvre le secret d’étranges créatures dissimulées dans les bois obscurs et plonge dans un univers terrifiant. Grand maître de l’angoisse, Lovecraft nous entraîne dans un monde où chaque murmure n’est que le début d’un long cauchemar

Avis Personnel :

Celui qui chuchotait dans les ténèbres est ma première lecture d’un livre de Lovecraft. J’ai souhaité commencer par un livre plutôt court car on m’avait dit que le style de Lovecraft était compliqué à lire mais, que tous ses livres sont des chefs d’oeuvre de science-fiction et plus particulièrement d’horreur. Autant vous dire que je n’ai pas du tout été déçue !D’entrée, Lovecraft nous plonge dans son univers, connu notamment grâce au Nécronomicon, et c’est pour le moins déroutant. Des créatures qui chuchotent dans la nuit, qui enlèvent parfois les hommes qui s’aventurent trop près de leur territoire, des cadavres de ces bêtes humanoïdes aux pinces de crabe sont retrouvés dans des régions peu peuplées des Etats-Unis… D’emblée le stress monte.

Nous suivons donc un jeune reporter, un citadin, dans sa quête de vérité. Lui ne croit pas à ses superstitions jusqu’à ce qu’un homme, un éminent scientifique, ne lui envoie une lettre dans laquelle il lui fait part de ses découvertes. Ces créatures existent bel et bien, et il peut le prouver. S’ensuit alors un échange de lettres et télégrammes entre le jeune reporter et l’homme âgé, dans lequel cet homme parle de sa peur, des traces de pas qu’il retrouve autour de sa maison, de ses chiens qui aboient au beau milieu de la nuit… L’angoisse est au rendez-vous avec Lovecraft.

Le style d’écriture est typique de Lovecraft, assez chargé mais plutôt simple je trouve, en comparaison avec L’Appel de Cthulhu qui m’a donné beaucoup de mal par la suite.

Le dénouement de l’histoire est tellement bien fait que j’en ai presque pleuré de peur, je dois bien l’avouer. L’effet est réussi, la peur et l’angoisse ne m’ont pas lâchée le reste de la nuit.

Seul petit point négatif que je puisse trouver à ce livre, c’est la grande naïveté, voire la stupidité du jeune reporter qui fonce dans un traquenard aussi gros que Cthulhu lui-même sans se poser plus de question. Mais est-ce vraiment un point négatif ?

En bref je vous conseille réellement de vous jeter sur ce livre, qui en plus ne coûte que 2€ en neuf sur amazon, et de le dévorer comme je l’ai fais !

Notes :
Intrigue : 10/10
Vocabulaire / Style d’écriture : 10/10
Développement des personnages : 9/10
Notes :
Nombre de pages : 122
Lu en : 1 nuit
Note globale : 9.5/10
Boulimique Littéraire

Le Club Vesuvius : Mark Gatiss

Le Club Vesuvius – Mark Gatiss
Résumé :

Une immersion étourdissante dans le monde fascinant de la haute société edwardienne – et de ses bas-fonds. Plongez dans cette aventure de Lucifer Box, portraitiste de talent, dandy, bel esprit, mauvais garçon… et le plus irrésistible des agents secrets de Sa Majesté. Où il découvre qui s’amuse à assassiner les meilleurs scientifiques du royaume – tout en déterminant la façon la plus seyante de porter un oeillet blanc à sa boutonnière.

Avis Personnel :

Autant vous prévenir tout de suite, Le Club Vesuvius, premier tome des aventures de Lucifer Box est l’une de mes plus grosses déceptions littéraire. Pourtant Mark Gatiss écrit, coproduit et co-créer des épisodes de la série Sherlock qui est certainement l’une des mes séries préférées de tous les temps ! Je ne pensais pas pouvoir être déçue à ce point. J’ai dû me forcer à le lire en une journée car si je le lâchai, je ne l’aurais jamais fini.

Par quoi commencer ? Les personnages et particulièrement Lucifer Box. Insipide et cliché sont les termes qui me viennent à l’esprit en premier lorsque j’évoque ce personnage. Pourtant l’idée de départ est très bonne, un dandy dévergondé au moeurs très peu respectables pour l’époque, amateur d’hommes et de femmes, de bonne chair et qui s’avère être l’un des meilleurs espions au service de Sa Gracieuse Majesté d’Angleterre. L’idée est alléchante et pourtant le rendu n’est pas là. Cliché et creux, Lucifer Box l’est, et je trouve cela bien dommage. Les autres personnages ne sont pas mieux dépeints par Gatiss et on peine à s’attacher un tant soit peu à eux. Même les méchants sont assez banals au final.

Ensuite j’en viens à l’histoire. Encore une fois, j’ai été déçue. Je n’ai pas trouvé cette histoire bien originale, du déjà-vu ou plutôt du déjà-lu. Quel dommage ! Si les personnages étaient déplaisants, Gatiss aurait peut-être pu se rattraper avec une histoire accrocheuse et palpitante. Je n’ai pas trouvé que ce fut le cas pour ma part. Entre quelques scènes d’action bien trop rapides, une enquête principale qui prenait des tournures trop évidentes et une “enquête” secondaire qui vient se mêler à la principale par on ne sait quels enchaînements de situation. J’ai au final trouvé l’histoire un peu brouillon et le dénouement était, comment dire… J’ai eu envie de jeter mon livre par la fenêtre tant j’ai été dépitée.

Les seuls points positifs offerts par ce livre son sa très jolie couverture et sa tranche dorée et le style d’écriture de Gatiss, simple, rapide et clair qui fait que le livre n’est pas un total fiasco.

Je pense tout de même me procurer la suite des aventures de Lucifer Box car ce n’est que le premier tome, peut-être que la mise en place de l’histoire est ratée mais que le reste des aventures sera une bonne surprise. Il faut garder l’esprit ouvert. 😉

Bref, un 3/20 s’impose ici.

Notes :
Intrigue : 2/10
Vocabulaire / Style d’écriture : 5/10
Développement des personnages : 2/10
Notes :
Nombre de pages : 264
Lu en : 1 jour
Note globale : 3/10
Boulimique Littéraire

Veronica Roth – Marquer les ombres

Marquer les ombres
Résumé :

Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables.
Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire.

Avis Personnel :

Alors par où commencer? D’abord il faut savoir que je suis une lectrice assez sensible et empathique. De fait le début m’a un peu freiné dans ma lecture. J’avais peur que si je continuais Akos, le premier personnage qu’on rencontre vivra encore d’autre horreur (je n’avais pas tort, ses expériences futures ne furent pas roses). Mais au final je regrette limite de ne pas avoir lu plus vite ce livre.
Une histoire d’amour dans un univers tourmenté par les politiques en quêtes de puissances. Les deux tourtereaux Akos et Cyra ont chacun leur histoire antérieure et sont attachant à leurs manières. Etant sensible moi-même je ne pouvais qu’adhérer lorsque le chapitre était écrit du point de vue d’Akos, lui-même rêveur, sensible, ne perdant jamais espoirs. Cyra quant à elle est plus réaliste, réfléchie, fatidique. Les deux vont bien ensemble même si aux premiers abords cela parait un peu cliché.L’histoire de fond des différentes personnes sont assez bien tissées. Des zones d’ombres restent encore à découvrir et je suis sure que la suite de la saga nous réserva encore bien des surprise. Pour ce qui est de l’intrigue je la trouve assez bien. Classique on retrouve des éléments déjà vu mais adaptée à l’univers de l’auteur, elle arrive à nous attirer quand même. On ne s’ennuie pas, loin de là même. Des rebondissements, des secrets de familles, des secrets d’histoires, des faits qu’on pensait véridique, qui se retrouve être faux, des drames… Un beau petit mélange de peine et d’amour.
Concernant l’univers je le trouvais extrêmement bien décrit. On n’est pas perdu au début, bien au contraire, les explications s’enchainent logiquement sans faire trop lourd. Les premières scènes se jouent pendant des court instant du coup on a le temps de s’habituer à l’entourage, au monde, à l’univers nouveau qu’on vient de découvrir. Ce qui est un vrai plus pour ce livre ! En soit l’univers est un mélange de sciences fiction et de fantastique. Sans en faire trop magique et sans faire trop technologique, j’aime assez bien.

Pour la grosseur du livre elle peut peut-être faire hésiter certains, mais sachez que rien de ce qui est dit n’est de trop. Pas de longues explications non nécessaires ou encore des tonnes de pages remplies des pensées des protagonistes. Un déroulement d’évènements soutenus, mais contrôlé pour ne pas faire tout à la fois.

Donc comme j’ai dit plus haut la seule raison qui m’a freiné est ma nature légèrement sensible. Mais c’est un livre que je recommande vivement. On y retrouve un peu de tout et très bien agencé. Personnellement je n’ai pas eu l’impression que l’auteur essayait de faire un mix pour plaisir à plus de monde possible. C’est plus un agencement de choses qui donne un tout très réussit.

Notes :
Intrigue : 9/10
Vocabulaire / Style d’écriture : 9/10
Développement des personnages : 9/10
Notes :
Nombre de pages : 471
Lu en : trois semaines (en comptant me scours et ma sensibilité :p )
Note globale : 9/10

Mrs. P. Christie

Moka – Derrière la porte

Derrière la Porte
Résumé :

Derrière la porte, il fait froid, la saleté règne, il y a Damien. Cette porte, c’est la porte du grenier. C’est là que vit Damien. Sa belle-mère, qu’il doit appeler Madame, en a décidé ainsi. Quand elle ne l’enferme pas à la cave, pour le punir de bêtises imaginaires et passer ses nerfs sur lui, elle lui arrache des poignées de cheveux. Quand elle ne l’oblige pas à avaler ce qu’il vient de vomir, elle le prive totalement de nourriture. Damien est tout maigre, il ne dort plus. Sa vie est un enfer. Son père qui travaille au loin n’est jamais là pour le défendre. La fille de Madame, Lorraine, se tait. Janine, la bonne, se résigne. La Grand-mère, gâteuse, ne lui est d’aucun secours. Elle ne sait plus dire qu’une phrase, chaque fois qu’elle entend du bruit :  » Si c’est toi, Lili-Catherine, tu peux repartir tout de suite !  » Damien se demande qui est cette mystérieuse Lili-Catherine. Et un beau jour, de découverte en révélation, il finit par l’apprendre. Lili-Catherine, cette inconnue, est la personne idéale pour aider Damien dans la vengeance qu’il a entreprise contre Madame, à coups d’épingles dans une poupée de cire. Elle peut enflammer les arbres. Elle peut accidenter les voitures. Elle peut briser les miroirs et déchaîner les pianos. Elle peut tuer. Elle a de l’expérience. Cela fait quinze ans qu’elle est morte.

Avis Personnel :
Un petit livre plus que charmeur !
Une histoire assez prenante. Le personnage principal Damien est assez attachant en fait. Le fait qu’il se fasse maltraiter par sa belle-mère et sa sœur rend compréhensible le fait qu’il veille se venger. On a envie qu’il réussisse en quelque sorte. Et le père absent n’arrange rien.
On pourrait voir ici un remake de cendrillon et pourtant non ! Loin sont les idées de princesse rencontrée lors d’un bal, de marraine la bonne fée et de happy end. On est ici face à un garçon qui prend lui-même les choses en mains, qui veut se venger. Et ça grâce à Lily-Catherine. Au début qu’un mystérieux nom murmuré par la grand-mère de sa belle-sœur qui finit par prendre de plus en plus de place dans la tête de Damien au fur et à mesure qu’il découvre des informations la concernant.

Une histoire d’amour ancienne qui aurait mal terminé ? La pomme ne tombe jamais loin du tronc, connaissant sa belle-mère il doute du bienfondé de la grand-mère, ce qui est parfaitement compréhensible. Cependant il faut se méfier des apparences !J’ai bien aimé. Un côté un peu sombre et loin des bouquins joyeux et aventureux. Ici l’histoire est vraiment recherchée et comporte une histoire de fond plus importante qu’on ne le croit. Les liens et les éléments sont bien placés, ils mènent doucement vers la conclusion. Une conclusion plus que réussie. Sombre mais réussisse.
Sincèrement j’ai bien aimé. Ça change un peu. Et puis bon en tant que fan de Supernatural et Ghost Whisperer. C’est plus soft naturellement mais assez sympa.
Le style d’écriture est assez sympathique, pas trop simple, pas trop difficile. Se prête donc à des lecteurs de tout âge. Donc perso une assez belle recommandation pour les lecteurs aimant les lectures un peu moins roses et bonbon 😉 Ce n’est pas non plus horrible, mais certains passages pourraient ne pas plaire à tous.

Notes :
Intrigue : 8/10
Vocabulaire / Style d’écriture : 8/10
Développement des personnages : 9/10
Notes :
Nombre de pages : 179
Lu en : un weekend
Note globale : 8/10

Mrs. P. Christie

Maxime Chattam – L’Autre Monde – Tome 1: l’Alliance des Trois

L’Autre Monde – Tome 1: l’Alliance des Trois
Résumé :

La Terre a changé. La Nature a repris ses droits. Une tempête aux éclairs bleus vaporise les adultes, et la plupart de la population mondiale. Seuls quelques enfants, les Pans, survivent, ainsi qu’une poignée d’adultes, les Cyniks. Malheureusement ne se changeant les adultes sont devenus plus brutaux, plus féroces et en veulent aux pans. Des créatures étranges apparaissent petit à petit… Matt et Tobias, adolescents à New-York vont entreprendre un périple pour survivre, et en apprendre plus sur la Tempête.
Leur voyage va les amener à rencontrer d’autres Pans, faire face à diverses situations et dangers. La nature ayant envahit tout, ils se retrouvent réellement dans un autre monde où rien n’est plus ce qu’il était !

Avis Personnel :
Comment ne pas avoir pu vous parler plus tôt de ce livre? Je ne sais pas, mais je me rattrape! J’ai lu ce livre quand j’avais 12-13 ans. Et pourtant encore aujourd’hui ne l’ayant relu je ne pourrais pas le qualifier d’enfantin.
Un thème assez perturbé : un nouveau monde bâti sur notre monde ancien. On ne plonge pas dans un nouveau monde déjà installé comme dans beaucoup de livres : on vit le changement au travers des yeux de Matt, un des protagonistes principaux. On est tout aussi perdu et intrigué que cet adolescent qui du jour au lendemain perd ses repères, ses parents, tout ce qu’il connaissait pour se retrouver dans un nouveau monde, étrange et hostile.
L’intrigue est excellente ! Les personnages sont intéressants et variés. Chacun à son histoire, à ses capacités et est important. En tant que lectrice j’étais intriguée par le passé des protagonistes mais aussi par leur futur qu’ils sont entrain de construire. Comment les enfants vont s’organiser face aux adultes ? Et puis Matt semble bien plus important que prévu quand on découvre que les deux grandes menaces semblent le chercher lui spécifiquement. On n’en sait pas plus cependant sur les deux nouvelles créatures principales qui le chassent. L’une est la nouvelle reine des adultes, l’autre un monstre volant qui terrifie Matt dans ses rêves. Cependant j’aurais bien aimé en apprendre un peu plus sur certains personnages. Mais je comprends parfaitement que vu que cette intrigue évolue au fil de l’avenir on ne puisse pas trop se consacrer au passé de chacun.
Ce que j’ai bien amé dans ce premier roman est que les enfants considèrent les adultes comme méchants, tandis que les adultes rejettent la faute sur les enfants mais au final les deux camps ont des gentils et des méchants membres. J’aimais bien cette zone grise. Et puis un autre détail que j’ai adoré : le côté magie. Au début nous sommes simplement dans un monde apocalyptique tandis que durant l’histoire les protagonistes découvrent qu’ils développent des talents surnaturels ! J’aimais bien cette touche de magie, de fantastique qui n’en faisait pas trop non plus.

Je présente ici le tome 1 mais sachez que j’ai tout autant dévoré le tome 2 et 3. Il me reste encore la seconde partie de l’histoire à découvrir mais j’ai hâte de me plonger dedans !
Une histoire originale, dans un monde original. Le post apocalyptique est certainement bien connu, mais la manière dont l’auteur à réussis à présenter son histoire à lui est fascinant et prenant !

Notes :
Intrigue : 10/10
Vocabulaire / Style d’écriture : 10/10
Développement des personnages : 8/10
Notes :
Nombre de pages : 451
Lu en : une semaine à l’époque – aujourd’hui ne un weekend
Note globale : 9/10

Mrs. P. Christie

La Part Saisonnière des Mots : Ingo Grünewald

La Part Saisonnière des […]
Résumé :

Un an après la mort brutale de son mari, une femme qui se fait appeler Manon veut transmettre à sa petite fille Anna le souvenir de son père. Au cours d’une ballade au parc, Manon croise le regard d’une inconnue dont le visage lui rappelle quelqu’un. Il s’avère que cette femme apparaît dans une mystérieuse photo au côté de François, le mari disparu…

Avis Personnel :

Ingo Grünewald est un auteur allemand que j’ai découvert par hasard au cours d’une séance de dédicace de La Part Saisonnière des Mots dans une librairie proche de chez moi. Francophile, il écrit ses livres directement en français. C’est ce qui m’a, je l’avoue, poussée à me procurer ce livre. En rentrant chez moi, je me suis empressée de regarder quelques avis sur le livre, ils n’étaient pas mauvais mais pas bon non plus. Pourtant je ne me suis pas démontée et, après avoir fini mes lectures en cours, je me suis plongée dans l’univers de cet auteur.

Comme expliqué brièvement dans le résumé ci-dessus, Manon, une jeune maman parisienne, perds son mari dans un accident. Tentant de surmonter son deuil et de s’occuper de sa fille, elle se retrouve confrontée à un visage, croisé lors d’une visite au parc. Ce visage lui semble familier, et à juste titre puisque ce visage, celui d’une inconnue, apparaît au côté de son défunt époux sur une photographie. Tâchant de démêler le vrai du faux, Manon se lance dans une aventure pour le moins humaine et réparatrice au côté de cette inconnue.

L’histoire du livre est une très jolie histoire, bien que ce ne soit pas vraiment le genre d’histoire qui me passionne, je l’ai toutefois trouvée un peu longue et lancinante parfois ce qui rendait la lecture un peu morne. Cela dit, le plus gros de l’histoire se déroulant en automne, on est en droit de se demander si ce n’était pas voulu de la part de l’auteur. Les personnages du livre, Manon, son mari, leur fille et l’inconnue, ne sont pas très originaux, ce qui n’est pas un mauvais point étant donné que c’est une histoire de vie que nous propose l’auteur ici. Est-il pour autant plus simple de s’identifier à eux ? Je ne sais pas, en tout cas ce ne fût pas mon cas.

Le style d’écriture, est pour le moins, perturbant. Jonglant entre des phrases à rallonge et des phrases très courtes, il est facile de s’y perdre au début. Une fois le pli pris, c’est assez agréable à lire et même impressionnant quand on se remémore que le français n’est pas la langue maternelle de l’auteur. Les longues descriptions des paysages parisiens, des journées d’automne sont splendides, poétiques et faites à la perfection. C’est d’ailleurs selon moi le plus gros point positif du livre.

En bref, La Part Saisonnière des Mots a été une très bonne lecture que je recommande aux adorateurs d’histoire de vie de belle littérature. Un 7/10 s’impose donc.

Notes :
Intrigue : 5/10
Vocabulaire / Style d’écriture : 9/10
Développement des personnages : 6.5/10
Notes :
Nombre de pages : 169
Lu en : 1 jour
Note globale : 7/10
Boulimique Littéraire